lundi 13 mars 2017

Nez à Nez avec avec "le grand nez" Jean-Michel Duriez

Il a été le parfumeur phare de Jean Patou et de la célèbre maison Rochas. Pour ses 30 ans de métier, il nous revient sur le devant de la scène avec sa propre collection de parfums. Le temps d'un instant, nous nous sommes trouvés nez à nez pour une interview parfumée en exclusivité pour The Blog Luxury By Savas. 


Jean-Michel Duriez Crédit Photo GÉRARD UFÉRAS


Qui est Jean-Michel Duriez?
formé à l’Isipca à Versailles (Yvelines) il décide d'offrir ses talents olfactifs au service de grandes maisons dont Jean-Patou où il officie durant quatorze ans où il crée une douzaine de senteurs, dont Un amour de Patou et Enjoy, une réécriture du célèbre Joy. Puis il offre ses talents pour la maison Rochas pendant huit ans il a donné vie aux parfums dont Cascades Songe d’Iris et Eclats d’agrumes ou l’Eau de Rochas fraîche mais en 2015 le géant Protecter and Gamble vend Rochas à Interparfums.
C'est là que tout commence pour Jean-Michel, il décide de faire le grand saut en créant sa propre ligne de parfums et boutique afin de passer l'ombre à lumière même sil était reconnu comme un grand nez, une référence dans le monde olfactif. Il avait besoin de s'exprimer à travers une collection de parfums dédiée à l'amour et à Paris. Chaque flacon raconte de vraies histoires, des moments intimes de sa vie... En ouvrant, les flacons j'ai de suite ressenti cette émotion forte ! J'ai été troublé jusqu'à en pleurer. Cette collection m'a littéralement bouleversé et effectivement en m'entretenant avec lui au téléphone mes dires se sont confirmés. Jean-Michel a besoin d'aller au plus profond de lui pour créer des parfums, on ne peut faire sembler cela doit venir  des tripes. Un véritable passionné comme on en fait plus...  7 parfums, 7 histoires, 7 émotions à découvrir !


Paris-sur-Seine de Jean-Michel Duriez Paris

Nez à Nez avec Jean-Michel Duriez
S.V: Tu fêtes tes 30 ans de métier? Comment as-tu démarrer?

JMD: J’ai commencé en 1986 dans une petite entreprise de parfumerie à Paris où j’ai pu peaufiner mon métier après avoir appris les bases dans une entreprise à Grasse. J’avais auparavant étudié à l’ISPICA de Versailles.

S.V: Comment se passe la collaboration avec une maison de parfums?

JMD: Dans mon cas je ne fais que leur acheter les ingrédients avec lesquels j’ai composé mes formules dans mon propre labo, puis ils les mélangent selon la formule que j’ai composée.

S.V: Te souviens-tu de ta première création de parfum? 

JMD: Oui bien sûr, j’ai créé un parfum pour une maison de cuirs et fourrures nommée « Simon Guetta ». Le parfum s’appelait « Autrement », c’était un chypre très rosé, très sensuel. Un moment épanouissant de mon parcours car voir sortir sa première création c’est comme un naissance qui marque pour toute la vie.

S.V: Une anecdote, un souvenir, coup de cœur, d'une maison de parfums qui t'a marqué?

JMD: Lors de mon premier rendez-vous avec la Maison Jean Patou, le Président de la société m’avait invité dans le petit salon privé d’un célèbre restaurant, cela m’a à la fois impressionné et bizarrement mis en confiance. J’avais consciencieusement préparé des créations pour montrer ce que je savais faire. En lui montrant les essais et j’ai tout de suite compris qu’il appréciait beaucoup ce geste. L’un des essais montrés ce jour-là est sorti 2 ans plus tard sous le nom de Yohji Homme (Yohji Yamamoto), un parfum qui a marqué ma carrière, très apprécié du public, et primé dans plusieurs concours. Un vrai porte-bonheur.


S.V: Un conseil aux jeunes qui veulent se lancer dans la création de parfums?

JMD: Il faut se lancer jeune et y croire sans défaillir. Il est impératif de passer par une école type ISIPCA car le métier ne consiste pas qu’à créer des parfums. Il faut être conscient que la part de technique et de chimie est très importante. De nos jours la parfumerie n’est plus une simple histoire d’assemblage d’odeurs. C’est devenu un métier de pointe à tous niveaux.

S.V: Il y a peu tu viens de lancer ta propre collection de parfums "Paris-sur-Seine" peux-tu nous en dire plus?

JMD: J’ai fait tout mon parcours professionnel à Paris après un passage à Grasse, dans le sud de la France. A Paris j’ai rencontré les métiers du Luxe, l’art, la mode, et surtout j’ai apprécié le romantisme fou qui se dégage de la capitale.
Comme c’est ma première collection, elle raconte beaucoup de moi, de mon parcours, de mes envies. Il était donc tout naturel de raconter Paris et la Seine à travers cette première collection.



S.V: La journée type de Jean-Michel Duriez?

JMD : Je n’ai pas de journée type. Je vis, au fil des avancées de ma maison, un merveilleux tourbillon où s’entrechoquent de nombreuses activités : design, production, fournisseurs, finances, relation presse, vente... La plus ressourçante est bien sûr la partie créative, là où je me retrouve avec mes formules et mes essais.

S.V: Qu'est-ce qui te met de bonne humeur le matin?

JMD: Le petit déjeuner. C’est MON moment. Rien ne peut se passer si je n’ai pas eu ce sas entre le jour et la nuit.


S.V: Ton coup de gueule du jour?

JMD: Marre des parfums floraux fruités sucrailleux qui collent aux doigts comme des chewing gums !

S.V: Ce que tu aimes?

JMD: Partager

S.V: Ce que tu n'aimes pas?

JMD : Une bière chaude

S.V: Ton péché mignon?

JMD: Un macaron à la truffe blanche de chez Pierre Hermé.

S.V: Un moment de repos dans ton planning hyper chargé, tu fais quoi?

JMD: J’écoute le dernier album de Julien Doré.

S.V: Quel autre métier, aurais-tu rêver d'exercer?

JDM: Un métier de bouche, Chef Cuisinier ou Chef Pâtissier. Le sens du goût est pour moi comme une récréation.

S.V: Cuisines-tu? Et si oui, quelle est ta spécialité favorite?

JMD: La cuisine est ma plus grande source de relaxation quotidienne, je peux manger à minuit si j’ai cuisiné toute la soirée. Je suis fléxitarien, c’est-à-dire un végétarien qui ne casse pas les pieds à ses amis quand ils ont cuisiné de la viande. A la maison je suis strictement végétarien, j’adore cuisiner des currys, des chili sin carne, des soupes extravagantes, des tartes tatins bien caramélisées …

S.V: Ton rituel beauté avant de démarrer ta journée?

JMD: La beauté n’est vraiment pas mon plus gros souci dans la vie. Mon rituel du matin indétrônable : d’abord le petit déjeuner, ensuite la douche et brossage de dents. Jamais dans un autre ordre.

S.V: Le parfum que tu portes ?

JMD: J’ai porté tous les parfums du monde ! En ce moment c’est Bois Froissés, j’adore le sentir sur une écharpe un lendemain matin …




S.V: Les odeurs qui te font vibrer?

JMD: La nuit, l’odeur corporelle de la personne qui dort à mes côtés ; le jour, sur sa peau, une belle fleur d’oranger.

S.V: Les odeurs que tu détestes?

JMD: Malgré tous mes efforts je n’ai encore réussi à apprécier l’odeur du durian.

S.V: Connais-tu la Belgique?

JMD: Je la connais et je l’adore. Il faut dire que je n’y vais que pour de bonnes raisons : voir des amis et faire la fête avec eux.

S.V: Que peut-on te souhaiter pour 2017?

JMD: S’ouvrir au monde !


Merci Jean-Michel Duriez d'avoir répondu à mes questions en toute simplicité ! 
Plus d'infos sur www.jeanmichelduriez.com

Rendez-vous le lundi 24 avril à 13h sur Bel RTL dans La Vie est BEL avec Ingrid Franssen pour ma chronique parfumée avec la collection "Paris et Seine" de Jean-Michel Duriez Paris. 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire